SEO multilingue

Nos conseils pour une stratégie SEO multilingue performante

Blog

Le saviez-vous ? L’anglais est utilisé par seulement ¼ des internautes… Le reste des recherches se fait donc dans d’autres langues !

Si vous souhaitez vous développer à l’international, vous adresser à des clients qui parlent d’autres langues ou qui sont dans d’autres pays que le vôtre, il vous faudra mettre en place une stratégie SEO multilingue pour être visible dans le SERP de Google et autres moteurs de recherche.

Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de se lancer, quelles sont les bonnes pratiques à adopter ? Explications avec les experts Eminence, votre agence web à Genève.

Le SEO multilingue : un enjeu dans sa stratégie internationale

Qu’est-ce que le SEO multilingue ?

Le SEO multilingue est un ensemble de techniques web permettant d’optimiser le référencement naturel d’un site proposé dans au moins 2 langues, pour que chaque version soit visible par les internautes. Il permet de créer un contenu personnalisé adapté soit par pays soit par langue. Par exemple, pour une plateforme e-commerce, le SEO multilingue intègre des fonctionnalités essentielles à l’internaute comme :

  • l’affichage de la devise ;
  • les informations sur l’état du stock par produit et par pays ;
  • les éléments relatifs à la livraison propre à chaque zone géographique (transporteur, délais, points relais, option Click & Collect) ;
  • un contenu éditorial sur mesure adapté à chaque culture, aux besoins et habitudes de consommation des internautes.

Tous les CMS (WordPress, Shopify, Prestashop, Magento, etc.) supportent le SEO international : demandez conseil à Eminence, votre agence web digitale suisse, pour évaluer quel CMS est le plus adapté à vos besoins et à vos objectifs.

Quelles différences avec le SEO multirégional ?

Cette technique s’adresse aux sociétés qui veulent se développer dans un Pays qui compte plusieurs langues comme c’est le cas par exemple :

  • en Suisse, où selon les régions, on parle français, allemand, italien ou romanche ;
  • en Belgique, avec ses 3 langues officielles (le néerlandais, le français et l’allemand) et où les tensions linguistiques sont fortes ;
  • aux USA, car si l’anglais est la langue officielle, l’appartenance aux communautés y est très forte et les requêtes sur Google peuvent se faire en anglais, espagnol, etc.

À noter que l’on parle de « country targeting » quand on cible des pays (c’est une forme de géolocalisation) et de « language targeting » quand on cible des langues.

référencement international
Le référencement international

Pourquoi avoir un site multilingue ?

Les raisons d’opter pour le SEO multilingue sont nombreuses, comme un objectif de développement en Europe ou à l’international, la volonté de créer des contenus et des offres produits ou commerciales spécifiques par pays, l’implantation dans un pays comptant plusieurs langues officielles, etc.

Mais le SEO international, c’est surtout l’assurance d’un référencement naturel optimisé fondé sur la localisation, car d’un pays francophone ou anglophone à l’autre, les spécificités de langage changent. Par exemple en France, on parle de « téléphone portable », alors qu’en Suisse on utilise le plus souvent le mot « natel », en Belgique, c’est le terme « GSM » qui sera utilisé et au Québec ce sera le « cellulaire ». On comprend bien que selon le pays, un opérateur de téléphonie mobile devra avoir une approche personnalisée pour se développer dans chacun de ses territoires, afin de positionner son offre sur un mot-clé adapté à chaque culture. C’est là tout l’intérêt du SEO multilingue.

Comment savoir si vous avez besoin d’une stratégie SEO multilingue ?

  • Si vous avez déjà un site web, étudiez vos statistiques de fréquentation : portez votre attention sur les pays et les langues grâce à Google Analytics et à Google Search Console.
  • Votre présence online est en cours de réflexion ? Étudiez vos personas : où vivent-ils, quelles langues parlent-ils ? Ce sont des questions de base pour votre stratégie de référencement naturel.Freederico Fellini

Une géolocalisation pour quels autres enjeux digitaux, marketing et commerciaux ?

Au-delà du référencement naturel, du travail de géolocalisation et de ciblage des clients/prospects, le SEO multilingue, c’est la promesse d’une meilleure e-réputation, d’un développement des ventes et d’un chiffre d’affaires accru !

Une belle promesse à première vue, mais qui nécessite un véritable travail de fond pour y parvenir. En effet, le travail à mener ne se réduit pas à une simple traduction du contenu web !

Nom de domaine, construction des URLs avec les balises adéquates, mise à jour du sitemap, maillage interne, stratégie de netlinking, etc. Tous les fondamentaux web sont à travailler, ce qui nécessite des compétences solides en stratégie SEO international .

Comment construire sa stratégie SEO international dans plusieurs pays et différentes langues ?

Découvrons ensemble quelles sont les étapes SEO nécessaires à la mise en place d’un site internet multilingue.

Étape 1 : le nom de domaine

Dans une stratégie SEO multilingue, 3 possibilités s’offrent à vous, tel que l’illustre l’exemple inventé ci-dessous avec les différentes déclinaisons en Italie du site principal www.eminence.ch :

  • Le TLD ou Top Level Domain (site) : www.eminence.it
  • Le sous-domaine : www.it.eminence.ch
  • Le dossier : www.eminence.ch/it/ (site principal intégrant un dossier pour la version italienne)

Comment faire le bon choix parmi ces 3 options ?

Eminence a comparé les avantages et inconvénients des différentes approches stratégiques online pour performer à l’étranger.

1- LE TLD OU TOP LEVEL DOMAIN (site)

Exemple : www.eminence.it

Son objectif ? Le country targeting 

Pour qui ? Pour les sociétés qui veulent segmenter leur communication par pays, même si la langue est identique (ex : USA et GB).

Ses avantages :

– Très efficace en termes de référencement naturel et de géolocalisation grâce à une adresse IP locale renforçant l’EAT Google.

– Tous les noms de domaine ne sont pas « punis » par Google en cas de pénalité d’un des sites.

– Idéal pour une stratégie sur le long terme.

– Communication ultra ciblée : offres et catalogues différents par pays.

– Requêtes locales mieux prises en compte.

– Analyse préalable plus fine : intention de recherche + PAA + recherche de termes longue traine pour une data plus affinée et un contenu ultra personnalisé.

– Des back-offices différents par site.

Ses inconvénients :

– Approche plus coûteuse : frais d’hébergement et de maintenance relatifs au nombre de sites créés.

– Considéré comme une URL indépendante : chaque nouveau site ne bénéficie pas de l’autorité du site principal et implique une nouvelle stratégie de netlinking par pays.

2- LE SOUS-DOMAINE

Exemple : www.it.eminence.ch 

Son objectif ? Le language targeting

Pour qui ? Les entreprises qui veulent le meilleur rapport efficacité/prix et qui ciblent non pas des pays, mais des langues différentes.

Ses avantages :

– Bonne efficacité en termes de référencement naturel et de résultats SEO.

– Permet de développer un UX dédié à la version en question.

Ses inconvénients :

– Considéré comme une URL indépendante : le sous-domaine créé ne bénéficie pas de l’autorité du site principal, une nouvelle stratégie de netlinking devra être mise en place.

– Intégration qui nécessite des compétences techniques.

3- LE DOSSIER

Exemple : www.eminence.ch/it/ 

Son objectif ? Le language targeting

Pour qui ? Pour les entreprises qui ont une offre commune à tous les pays ciblés. Pour les sites multirégionaux : société qui vise un pays avec plusieurs langues.

Ses avantages :

– Facile d’un point de vue technique.

– Économique : un seul hébergement et des frais de maintenance réduits.

– Bénéficie de l’autorité du site principal.

Ses inconvénients :

– Peu efficace sur le long terme et peu de résultats en termes de trafic organique.

– Catalogue non différenciable par pays.

Étape 2 : la balise Hreflang des URLs et le sitemap

Les balises Hreflang sont essentielles au SEO multilingue et prennent place dans le code. Elles permettent :

  • de construire vos URLs de pages pays/langue correctement, et à Google d’afficher la meilleure version du site au visiteur selon son adresse IP et la langue du navigateur ;
  • d’afficher sur la bonne version du site web ;
  • d’éviter la pénalisation Google pour du contenu dupliqué d’une version à l’autre du site web.

Les balises Hreflang sont formulées à travers un langage codé SEO multilingue. (Source : Aleyda Solis)

Hreflang
Hreflang

Bien évidemment, pour aller au bout du process SEO international , il vous faudra mettre à jour votre sitemap (site XML) pour optimiser le travail de référencement naturel et de géolocalisation, afin d’indiquer à Google vos nouvelles URLs “langue” créées.

Étape 3 : la traduction des contenus de vos pages web et des métas

Pour votre version multilingue, oubliez les plugins de traduction automatique à l’image de Google Translate et des autres systèmes d’automatisation de transcription lexicale. La sémantique a plus que jamais son importance en SEO multilingue et en stratégie de communication digitale : passez par un interprète traducteur natif pour obtenir une version parfaitement traduite. Une bonne traduction, c’est aussi un gage de réassurance : feriez-vous confiance à un site web avec des formulations bancales, un texte peu compréhensible et des fautes d’orthographe ?

Pour optimiser votre référencement naturel, n’oubliez pas que le SEO en plusieurs langues, c’est aussi la traduction des :

  • méta titles,
  • méta descriptions,
  • métas images pour référencer vos images, car Google Image génère tout de même 22,6% des recherches. Source: netoffensive.

Étape 4 : le netlinking pour acquérir de l’autorité

Avec un Top Level Domain ou un sous-domaine, vos sites multilingues sont indépendants du site principal et vous devrez mettre en place une stratégie de netlinking par langue ou par pays, ceci afin d’obtenir le plus de liens entrants pertinents et être perçu par Google comme un site de référence (inutile avec le système de dossier ou répertoire, qui bénéficie de l’attrait du site global). Selon les nationalités, les process ne sont pas identiques et sont plus ou moins souples et contractualisés.

Optimisez votre
site multilingue avec une stratégie SEO internationale

→ Discutez-en avec un spécialiste

Les erreurs à éviter pour le développement des sites multilingues

Accélérateur de croissance sans conteste, le SEO multilingue ne s’improvise pas et nécessite un travail minutieux. Vous l’avez compris, certains écueils sont à éviter comme :

  • Négliger la partie réflexion et analyse relative au nom de domaine, car le plan d’action n’est pas tout à fait identique, ni les résultats attendus en termes de référencement naturel et d’e-réputation.
  • Penser qu’un plugin de traduction automatique est suffisant lorsque l’on veut faire du SEO de différentes langues.
  • Prévoir d’intégrer dans une seule et même page HTML un texte en deux ou plusieurs langues.
  • Sauter l’étape de l’optimisation SEO multilingue des métas et des images.
  • Oublier de traduire les textes des éléments de navigation.

CONCLUSION

Le SEO multilingue doit répondre à des objectifs clairs de communication et de marketing, et nécessite un long travail de préparation et d’analyse. Bien qu’invisibles, de nombreux paramètres entrent en jeu et peuvent être déterminants pour assurer l’atteinte de vos objectifs à court, moyen et long terme.

Vous recherchez une agence digitale à Genève experte pour vous implanter ou optimiser votre présence sur des territoires ou des régions différentes ? Faites confiance à l’équipe d’Eminence qui a accompagné McDonald’s® Suisse dans sa stratégie SEO multilingue, pour communiquer sur son territoire dans 3 langues nationales, en intégrant les spécificités linguistiques et régionales.